Billets

Kung Fu Killer

Première Québécoise
  • Chine
  • Hong Kong
  • 2014
  • 100 mins
  • HD
  • Cantonais / Mandarin
  • Anglais (sous-titres)

“A roundhouse kick from the past, a satisfying, old-school martial arts film” - G. Allen Johnson, SAN FRANCISCO CHRONICLE


Fung Yu-Sau (Wang Baoqiang), un combattant redoutable, élimine les plus grands maîtres de Hong Kong un à un, laissant les policiers dans l’obscurité la plus totale. Hahou Mo (Donnie Yen), qui purge une peine de prison pour meurtre, est le seul à reconnaître le travail d’un expert en arts martiaux, anticipant du même coup ses intentions. Il offre ses services au détective Luk Yuen-Sum (Charlie Yeung) en échange de sa liberté. Malheureusement pour eux, Fung est plus rusé et continue d’accumuler les cadavres tout en échappant aux policiers. C’est alors que Hahou réalise qu’il est la dernière personne sur la liste de l'assassin.

Donnie Yen est au centre de ce film d'action endiablé, mais c’est Wang Baoqiang (LOST IN THAILAND) qui vole la vedette. Plus connu pour ses rôles comiques, il démontre une belle polyvalence et un talent indéniable pour se battre, mélangeant efficacement ses habiletés athlétiques et son expérience d’acteur pour créer un vilain différent. Côté scénarisation, le récit s'avère extrêmement bien ficelé et divertissant tout en combinant plusieurs styles d'arts martiaux chinois. À cet égard, Yen se surpasse une fois de plus. Plusieurs d’entre vous se souviennent certainement de cette séquence mémorable d’IP MAN où il affrontait une dizaine d'hommes, mais attendez de le voir combattre dix-sept prisonniers. Du bonbon! Disons que le bon vieux Donnie n'a rien perdu de sa rapidité et de sa fougue.

KUNG FU KILLER se veut un hommage aux différents experts et anciens combattants du cinéma de Hong Kong. Plusieurs ont de petits rôles, d’autres ne font que passer en arrière-plan ou sur un écran de télévision. Essayez d’en découvrir le plus possible, mais soyez sans crainte si vous en ratez quelques-uns parce que vous êtes trop captivés par l’action, car tous vous seront révélés durant le générique final.

— Éric S. Boisvert

Sponsors