Satan's Slaves

Réalisé par Joko Anwar

mar. 17 juillet 2018
21:45

Auditorium des diplômés de la SGWU (Théâtre Hall)

Crédits  

Réalisateur

Joko Anwar

Scénario

Joko Anwar

Interprètes

Muhammad Adhiyat, Dimas Aditya, Nasar Anuz, Endy Arfian, Tara Basro, Bront Palarae

Producteur

Gope T. Samtani

contact

Shudder

Site officiel

Honneurs

Meilleur long-métrage, Festival de film Overlook 2018

Corée du Sud, Indonésie 2017 107 mins V.O. indonésienne Sous-titres : anglais
Genre Horreur

Selection officielle

Festival international du film de Rotterdam 2018 Festival du film d'Extrême-Orient d'Udine 2018 Festival Hallucinations Collectives de Lyon 2018

"A QUIET PLACE and HEREDITARY have already been dubbed 2018’s scariest films to beat, but you can add SATAN’S SLAVES to that list now – the most horrifying film of 2018 you haven’t heard of yet... Immersive past-bedtime nightmare fuel"
Matt Donato, SLASHFILM

Rini et ses trois frères habitent une vieille maison familiale, en périphérie de Jakarta. Lorsque leur mère, une chanteuse jadis très populaire, tombe gravement malade, c’est l’équilibre financier de toute la famille qui s’écroule avec elle. Alitée depuis maintenant trois ans, celle-ci ne peut communiquer qu’à l’aide d’une sinistre clochette… Puis, lorsqu’elle lâche son dernier souffle, aussi subitement que mystérieusement, son tintement ne cesse de retentir dans la nuit… Pire, le vieux succès de leur mère se fait soudainement entendre à la radio, et les jeunes frères de Rini commencent à voir d’étranges silhouettes apparaître dans le cimetière adjacent à leur chambre…

Ayant brisé tous les records de box-office lors de sa sortie (et distribué par la suite dans 42 pays), SATAN’S SLAVES de Joko Anwar (RITUAL, THE FORBIDDEN DOOR) est un succès monstre du cinéma indonésien et un incontournable de cette édition! Remake affectueux du classique PENGABDI SETAN de 1980, Anwar recrée l’époque de l’original avec un grand plaisir, substitue l'iconographie chrétienne propre aux récits de possession démoniaque à la culture musulmane de son pays, et rappelle, jusque dans ses tactiques de mise en scène, le charme rétro de l’époque (similaire à l’approche de cinéastes comme James Wan et Ti West dans THE CONJURING et THE HOUSE OF THE DEVIL, respectivement). Confrontant une famille laïque au surnaturel, voici un film de maison hantée qui devient de véritables montagnes russes, s’inspirant tout autant du folklore indonésien que des nombreux classiques du genre. Tous les coups y sont permis afin de créer autant de situations horrifiques et prenantes, comme vous en aurez rarement vu cette année, tout cinéma d’horreur confondu! - Ariel Esteban Cayer

Représentations

mar. 17 juillet 2018
21:45

Auditorium des diplômés de la SGWU (Théâtre Hall)